PEUGEOT 208 (II)

Les photos
PEUGEOT 208 (II)
30

publié le 27 février

On ne s'en plaindra pas, tant elle bouscule les codes d'un segment B un rien conformiste. L'avant comporte des judicieuses références aux Peugeot des années 70 sans verser le moins du monde dans le néo-rétro. Très agressif, il affiche une identité 100 % sochalienne avec ses crocs lumineux. La poupe, dont les feux obliques rappellent ceux de la 504 coupé, ne manque pas non plus de singularité. Musclés par des ailes gonflées, les flancs suggèrent un certain dynamisme, alors que les passages de roue soulignés par des élargisseurs noirs et bien remplis par de grandes jantes achèvent de bien asseoir la voiture sur la route.

Dans l'habitacle, le combiné d'instruments surélevé, inauguré par la première 208, reste de la partie, mais cette fois, il contient un afficheur TFT. Le tout s'insère dans un ensemble ultra-moderne, rappelant celui des 3008 et 508. On remarquera que la planche de bord, dont on nous précise qu'elle est en plastique moussé, joint les panneaux de portes dans une jolie courbe, détail onéreux à fabriquer : signe que la 208 monte en gamme ? En tout cas, elle soigne aussi les aides à la conduite : régulateur de vitesse actif, stationnement automatique, freinage d'urgence autonome, AFIL...

Techniquement, elle reprend la plate-forme modulaire CMP déjà utilisée par la Citroën C3. Les trains roulants devraient être similaires : jambes McPherson à l'avant, essieu de torsion à l'arrière. Sous le capot, surprise, le moteur le plus puissant sera électrique. Développant 136 ch, pour 260 Nm de couple, il permettra à la 208 de franchir les 100 km/h en 8,1 s. Pas mal. Quant à l'autonomie, elle est annoncée à 340 km selon la norme WLTP. Pour sa part, la batterie de 50 kwh est garantie 8 ans ou 160 000 km. Intéressant, mais si elle défaillit ensuite, que fera-t-on de la voiture, dont la valeur résiduelle sera certainement inférieure au coût de la batterie ?

Côté thermique, le 3-cylindres 1,2 l Puretech est reconduit, en 75, 100 et 130 ch, de même que le 4-cylindres 1,5 l BlueHdi de 100 ch. Ces blocs s'attèlent à des boîtes mécaniques à 5 ou 6 rapports selon la puissance, ou une unité automatique EAT8.

La nouvelle 208 sera commercialisée à l'automne prochain, à des tarifs certainement plus élevés que ceux de la C3, hiérarchie de marques oblige.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.